Fans du Couteau Suisse
Bonjour, merci de vous connecter et rejoignez le club FCS !

LES RESTAURATIONS DE CINETED: n°5, modéle 235 U de 1940

Page 1 sur 2 1, 2  Suivant

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

LES RESTAURATIONS DE CINETED: n°5, modéle 235 U de 1940

Message par CINETED le Mar 12 Mar - 13:15

ATTENTION TOPIC TRES LONG. Adsl recommandé, plus de 50 photos SXGA illustrées.
hebergeur solliciter: rafraichir la page si nécessaire
Voilà plusieurs années que je posséde une petite merveille potentielle de la marque Inoxyd des années 40 à l'époque ou la coutellerie Carl Elsener se cherchait encore niveau marketing.

Je dis potentiel car il s'agit tout simplement d'une épave au premier regard.
Pour 9 dollars sur ebay en lot avec 6 autres couteaux du même acabit, j'étais le seul sur la touche.



Il s'agit d'un modéle avec le tout premier ouvreboite à la "Soldier" dont son utilisation est décrite ici:
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]


C'est donc un 235 grand model 91mm a béliere en forme de U----> 235 U
le tampon est un INOXYD à arbaléte arriére de 1943, l'ouvreboite fut remplacé en 1946 donc son millésime est trés précis avec une fourchette de 3 ans!!



En cas de doute sur l'identification: ARMEE SUISSE typique de l'époque (non italique) c'est bien un Victorinox

Musée des horreurs:
- la moitiée du couteau fut plongée dans un agent oxydant genre acide
- lame gravée pub tres abimée
- petite lame...heu....morte
- Ciseaux sans ressort et trés grippé
- bélière a moitié rongée
- 2 platines sur 4 rongées
- premier prix pour la côte avant désagrègée chimiquement


l'arriére est un peu pres correcte..OUF




Au démontage, les mauvaises surprises continuent avec des ressorts rouillés !!!
Le maillechort des platines est littéralement détruit. bcp de saletés...




Voici les dégats mis à jours. il faudra travailler toutes les lames, tout le couteau...bref tout refaire


Je commence toujours par le corps de couteau, sa structure, donc les platines en maillechort.
le maillechort est un cupronickel, alliage de cuivre, de nickel mais aussi de zinc. selon les proportions, il posséde une couleur plus ou moins jaune grâce au cuivre. Chez Vic, leur platines vintage avait un rendu doré tres luxueux.
On ne peux se rendre compte ici de al couleur sans comparaison avec un morceau d'alu par exemple, mais sachez qu'il subsiste un dinosaure de cette matiére sur vos couteaux, c'est la petite piéce au bout de la pointe de votre grande lame, enciennement porte anneau, regardez bien, il est jaune.


Apres nettoyage mirror et polissage fin au polissoir coton, c'est parfait.
Notez le maillechort de butée de grande lame soudé sur la platine à l'époque!


J'ai décidé aprés mures réflexions, de substituer le maillechort (Parfaitement introuvable) par du laiton qui garantira un rendu et une solidité identique. Hors de question de parler ici d'aluminium.
En voici une découpe de la platine des ciseaux sur scie à chantourner.



Ensuite ébavurage et mise aux dimensions sur bande de poncage (ou backstand,
grand classique de la coutellerie). Elles seront finis au papier à poncer 1000.




Après le tracé des contours, la platine de devant est travaillée ave des limes de differents profil. C'est la plus technique car elle posséde des ergots pour toutes les lames.


superposition tres précise et technique au scotch pour le percage.


Percage à la colonne, diamétre de 22 dixieme soit le standard Vic avant 1951.


Là, le couteau reprend vie! est j'aime le choix du laiton.


Toutes les lames sont nettoyées, grattées, polies. ici les ciseaux récuperent un petit ressort de ma confection partant d'un petit stock de vieux ressorts de toutes tailles. Le plus dur est de bien mettre en forme le talon du ressort et de travailler sa pointe d'appui sur le ciseau mobile pour un bon coulissage.


Une fois serti, les ciseaux subissent plusieurs passages aux polissoirs pour traiter la surface de frottement au niveau de la pointe du ressort.
Ils fonctionnent dorénavant comme des neufs sans accros ni acoups.


Les trois ressorts subissent un lifting esthétique car les talons des lames ont abimés des angles visible couteau férmé.
Sans parlé des aspect de surface usé engrangeant des frottements.
Donc lime et polissoir. Moins dans le visuel la rouille fut poncée pour evidemment des raisons mécanique aussi.


La petite lame m'a causée du soucis. Il faut la changée...mais je n'ai pas de petite lame de 1940!!
Donc, on va partir sur une lame de 1960 avec bcp de travails...


Son talon est retravaillé à l'identique (ergot d'appui avec moins de matiére à l'époque)
les chants bien polis deja en 1960 sont arrasés par soucis d'avoir le même aspect qu'en 1940.


Grâce à des exemplaires de couteaux en bien meilleur etat: travail du profil de la lame d'origine avec un visuel indiscutable. Poncage fin...polissage...ect


Voici la grande lame qui apres deja bcp de poncage révéle un poli miroir et une jolie gravure publicitaire.
Malgrés son état c'est evidemment la seule piéce que je conserve...sinon il n'y a plus d'interêt! mais je regrette son etat tout de même un petit peu. Bon... je chipotte What a Face


A l'époque un poli miroir c'était un miroir! et je n'ai pas fini!!


Maintenant, on touche l'identité du couteau: La côte avant!
Il faut impérativement la même couleur que d'origine. heureusement qu'il me restait des "miettes" de l'épave bouffer à l'acide pour savoir choisir un rouge plus clair que celle à l'arriére, un rouge moins soutenu que celui actuel, typique aussi de l'époque avec un embleme plus large. Je n'ai pas mieux que celle ci de 1965 avec un perçage non correct pour la bélliére (pas le meme standard de conception stabilisé en 51 identique de nos jours)


technique poudre/solvant/colle et on rebouche.


on repere les tracés


et on lime, doucement, lentement, longuement...


Et on teste au fur et a mesure de la bonne correspondance des outils, ici l'ouvreboite.


Ici le poincon, tres compliqué avec une subtilité en biseau au pied de l'outil pour parfaitement l'integrer lors de la fermeture. une fois rabattu ce gros poinçon vintage avait la particularité de finir le design du couteau tel un bel insert dans le plastique, dans la continuité du manche :c'est magnifique.
Il manque plus que le percage de la cote selon la même technique vue plus haut.


Pour le plaisirs des yeux...je sais que j'ai des afficionados de mes restaurations, voici l'eclater de toutes les pièces entièrement refaite, donc non d'origine mais authentique dans la forme et le rendu.
Petit compromis pour les platines laiton. La belliere est une véritable, neuve d'époque. Les rivets seront aussi en laiton comme tres souvent et comme deja existant sur des Inoxyd, donc c'est parfait.


Je suis trés fier de ma côte avant. son travail est identique à une cote d'un couteau en parfait état.
Cad la taille/profil des limes de travail, les angles d'attaques, la quantité de matiére supprimée, le possitionnement précis, etc...

Victorinox fait exactement pareil :



Ce que je préfere le Plus!! l'eclaté final avant remontage.



sans commentaire


Les trois rivets prinicipaux sur la premiére cote, la plus importante. Elle ne subira ainsi aucun coups de marteau final.


Correspondance parfaite de cette platine de fou.


Mise en place premiére couche avec ma technique du ressort glissé. Constatez la zone de rotation prévue pour le décapsuleur lors de la mise en pression du ressort. Encore une fois j'insiste que ce montage est rééllement prévu comme cela d'origine comme je l'ai deja éxpliqué dans mes restaurations.


fermeture de la couche puis insertion du ressort qui dépasse, les lames se ferment, ca fait "CLIC" et c'est sous tension en toute sécurité.


Par contre les ciseaux sont mis sous tension à la maniére brutte.



la couche des lames posséde un ressort glissant également, avec une butée pour un 4 ieme rivet. ici sans la platine pour bien vous montrer.



Ca y est c'est fermé, il faut glisser le dernier rivet clef, qui bloque les ressorts.


le voici avec sa tête sertie


Il traverse tout le couteau et se trouve en buté dans un petit logement percé dans la côte.


C'est chouette, ca devient trés beau.


On coupe grossierement les rivets et on peut passer la belliere, hop un coté, on force un peu et hop l'autre.


On arrase exactement à la bonne hauteur pour ne laisser que la matiére à mater sur la tête.
c'est du feeling et de l'expérience...


Mattage du rivet en de belle pastilles ronde avec un marteau boule. Attention au plastique et à la belliére.

Un dernier coup de pollisoir, des gants blancs et je vous laisse admirer cheers













Pour finir sachez que cette restauration m'a prise plus de 40 heures, cumulés en un week end et 4 nuits de la semaine de 22H à 4h du matin malgrés un reveil tôt le lendemain pour mon travail. j'étais tres fatigué mais je n'arrivais pas à dormir sans l'avoir finis Shocked . Il m'a fait de l'effet celui là!

si je parviens à obtenir des plaques de maillechort de 8/10 em riche en cuivre...je le recommencerai.

Merci de m'avoir lu jusqu'au bout encore une fois, je suis impatient de vous lire.
Je suis intimement convaincu que de tels longs tutoriels de restauration sont parfaitement inédit sur la toile mondiale, alors profitez en autant que mon propre plaisir à vous confiez tout cela.

Cineted


Dernière édition par CINETED le Jeu 14 Mar - 23:22, édité 6 fois

CINETED
Président de FCS

Messages : 2457
Date d'inscription : 09/06/2012
Age : 38
Localisation : Metz

Revenir en haut Aller en bas

Re: LES RESTAURATIONS DE CINETED: n°5, modéle 235 U de 1940

Message par Tinker Ro le Mar 12 Mar - 20:09

C'est du délire bien que je l'ai vu en vrai c'est devenu un vrai bijou merci Teddy pour cette belle rénovation.

_________________
Les couteaux suisses, mon style de vie.

Tinker Ro
Membre d'honneur

Messages : 491
Date d'inscription : 10/06/2012
Age : 42
Localisation : 57

http://WWW.Victorinox.ch

Revenir en haut Aller en bas

Re: LES RESTAURATIONS DE CINETED: n°5, modéle 235 U de 1940

Message par Lucke le Mar 12 Mar - 23:09

Je suis bouche bée

Lucke

Messages : 466
Date d'inscription : 17/06/2012
Localisation : brest

Revenir en haut Aller en bas

Re: LES RESTAURATIONS DE CINETED: n°5, modéle 235 U de 1940

Message par Tarbosch le Mer 13 Mar - 13:41

Belle restauration
Bravo

_________________
"Plus on pédale moins vite...Moins on avance plus vite"

Tarbosch
Modérateur

Messages : 117
Date d'inscription : 12/02/2013

Revenir en haut Aller en bas

Re: LES RESTAURATIONS DE CINETED: n°5, modéle 235 U de 1940

Message par CINETED le Mer 13 Mar - 16:05

Et bien c est fort sympatique tout cela... Je vous remercie mais vous n'avez pas de questions? Ou eventuellement des commentaires plus critique? Je pensait que cela allait soulever pleins de discussions..

CINETED
Président de FCS

Messages : 2457
Date d'inscription : 09/06/2012
Age : 38
Localisation : Metz

Revenir en haut Aller en bas

Re: LES RESTAURATIONS DE CINETED: n°5, modéle 235 U de 1940

Message par Ruth Belser le Jeu 14 Mar - 16:56

Au dela des louanges (objectivement c'est un travail formidable), quelques questions. CINETED m'a déjà partiellement répondu en phonie, je les repose pour que toute la communauté puisse bénéficier de ses réponses :
- la différence entre les matériaux utilisés pour la restauration et les originaux est-elle décelable à l'oeil nu ? je parle des deux côtes et des platines.
- sauf erreur, le diamètre des axes n'était pas le même entre ta petite lame d'origine et le remplacement. Comment as-tu résolu le problème ?
- la question ne se pose évidemment pas, mais quelle estimation mettrais-tu sur ce couteau, hors de l'aspect affectif ?

Deux remarques pour conclure :

- à ce niveau, ce n'est plus une simple restauration, puisque le couteau est retiré du circuit et mis sous vitrine en atmosphère neutre, on peut vraiment parler de sanctuarisation.
- un beau couteau tout refait à neuf est aussi difficile à photographier qu'un Montblanc. Et chez Montblanc aussi, on porte des gants blancs. C'est tout dire........

Bravo Ted.

Ruth Belser

Messages : 698
Date d'inscription : 29/01/2013
Age : 62
Localisation : Bourgogne

Revenir en haut Aller en bas

Euuh.. tu pourrais développer quand tu seras reposé ?

Message par Ruth Belser le Jeu 14 Mar - 17:29

CINETED a écrit:technique poudre/solvant/colle et on rebouche.

Jean-Claude Figuet nous en a également parlé, de ce mélange solvant/poudre de plastique/colle (bonjour les vapeurs, je me fais une ligne de Cellidor dans ma cave lol).
Pourrais tu nous expliquer, par exemple sur une côte fendue au niveau d'un rivet comme d'ab ?


Ruth Belser

Messages : 698
Date d'inscription : 29/01/2013
Age : 62
Localisation : Bourgogne

Revenir en haut Aller en bas

Re: LES RESTAURATIONS DE CINETED: n°5, modéle 235 U de 1940

Message par Doomerlin le Ven 15 Mar - 8:19

Merci Cineted pour ce travail encore une fois magique ! cheers

Ma question : le rivet "clef" qui bloque les ressorts et qui se loge dans un perçage de la cote : comment fais-tu pour le mater sans détruire la cote du dessous qui doit supporter les chocs du matage ?
De plus, il n'est maté que d'un coté ?
Ou aie-je raté une étape ?

_________________
Doomerlin est le Mr Hyde de l'enchanteur... mais avec un SAK !

Doomerlin
Modérateur

Messages : 1274
Date d'inscription : 10/06/2012
Age : 46
Localisation : Taverny

Revenir en haut Aller en bas

Re: LES RESTAURATIONS DE CINETED: n°5, modéle 235 U de 1940

Message par CINETED le Ven 15 Mar - 11:33

J'ai une petite question.Pourquoi des platines en laiton et pas en alu?
La grande lame a l'air d'être pas mal usée,n'as tu pas pensé à la changer,ou c'est introuvable une lame identique en bon état?
l'aluminium était trés peu utilisé dans les coutellerie avant guerre. Et hormis qqs exceptions, chez Elsener on utilisa du maillechort (on dit simplement du nickel) pour les platines jusqu'en 1951.

par soucis d'authenticité et d'anachronisme sur ces models d'officier 40' je me suis refuser à prendre de l'alu. De plus je répete que le laiton s'approche plus de l'aliage cupronickel visuellement que de l'alu tres blanc plus moderne.

Enfin, pour la lame...elle est l'identité du couteau, dans le sens que c'est le tampon armée suisse qui prouve que c'est un "Elsener Fabrik" et surtout de leur marque INOXYD...qui est relativement rare à dénicher. Le clou, c'est la gravure publicitaire d'époque: "RACHETER. L'HUILLIER ET CIE, GENEVE"


Dernière édition par CINETED le Dim 18 Aoû - 17:21, édité 1 fois

CINETED
Président de FCS

Messages : 2457
Date d'inscription : 09/06/2012
Age : 38
Localisation : Metz

Revenir en haut Aller en bas

Re: LES RESTAURATIONS DE CINETED: n°5, modéle 235 U de 1940

Message par alexlapomme le Ven 15 Mar - 11:38

Je peux avancer une hypothèse pour le rivet clé: il n'est maté que d'un coté il ne peut sortir de son logement car les cotes le maintiennent en place.
ps: Cineted tu voulais des questions tu es servi!!!!!

alexlapomme

Messages : 96
Date d'inscription : 12/09/2012
Age : 36
Localisation : Tulle

Revenir en haut Aller en bas

Re: LES RESTAURATIONS DE CINETED: n°5, modéle 235 U de 1940

Message par Doomerlin le Ven 15 Mar - 11:45

oui, ce n'est pas idiot, mais la cote du dessous doit souffrir du matage quand même...

_________________
Doomerlin est le Mr Hyde de l'enchanteur... mais avec un SAK !

Doomerlin
Modérateur

Messages : 1274
Date d'inscription : 10/06/2012
Age : 46
Localisation : Taverny

Revenir en haut Aller en bas

Re: LES RESTAURATIONS DE CINETED: n°5, modéle 235 U de 1940

Message par alexlapomme le Ven 15 Mar - 11:48

le rivet est maté avant il est juste enfilé au moment final

alexlapomme

Messages : 96
Date d'inscription : 12/09/2012
Age : 36
Localisation : Tulle

Revenir en haut Aller en bas

Re: LES RESTAURATIONS DE CINETED: n°5, modéle 235 U de 1940

Message par Doomerlin le Ven 15 Mar - 11:50

CINETED a écrit:...
l'aluminium était trés peu utilisé dans les coutellerie avant guerre. Et hormis qqs exceptions, chez Elsener on utilisa du maillechort (on dit simplement du nickel) pour les platines jusqu'en 1951.
...
Petit tuyau en passant, le maillechort est toujours utilisé pour le modélisme et disponible en plaques mon cher Teddy : [Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]

Connaissant ton goût pour l'authenticité, tu aura certainement à cœur d'en trouver des plaques de l'épaisseur idéale Wink

_________________
Doomerlin est le Mr Hyde de l'enchanteur... mais avec un SAK !

Doomerlin
Modérateur

Messages : 1274
Date d'inscription : 10/06/2012
Age : 46
Localisation : Taverny

Revenir en haut Aller en bas

Re: LES RESTAURATIONS DE CINETED: n°5, modéle 235 U de 1940

Message par Doomerlin le Ven 15 Mar - 11:51

alexlapomme a écrit:le rivet est maté avant il est juste enfilé au moment final
Intelligent !

_________________
Doomerlin est le Mr Hyde de l'enchanteur... mais avec un SAK !

Doomerlin
Modérateur

Messages : 1274
Date d'inscription : 10/06/2012
Age : 46
Localisation : Taverny

Revenir en haut Aller en bas

Re: LES RESTAURATIONS DE CINETED: n°5, modéle 235 U de 1940

Message par CINETED le Ven 15 Mar - 11:55

Ruth Belser a écrit:
1- la différence entre les matériaux utilisés pour la restauration et les originaux est-elle décelable à l'oeil nu ? je parle des deux côtes et des platines.
2- sauf erreur, le diamètre des axes n'était pas le même entre ta petite lame d'origine et le remplacement. Comment as-tu résolu le problème ?
3- la question ne se pose évidemment pas, mais quelle estimation mettrais-tu sur ce couteau, hors de l'aspect affectif ?


1- la nouvelle côte est scrupuleusement de la même couleur que celle d'origine (on le voit bien sur les photos) en acétate de cellulose. Mais je confirme que la teinte est plus vive que celle de l'arriére. L'embleme est authentique en nickel legerement doré, plus large que le dessin de l'embleme actuel en inox, mais qd même un peu moins large que ceux de 1940. si je trouve une vielle côte de 1940 à sacrifier pour l'embleme, je n'hésite pas; je fait le transfert de l'embleme. Les platines Laiton font plus jaune que celles en nickel et cela se voit mais c'est mieux que le nickel qui fasse plus jaune que l'alu ou cela se voit aussi.

2- oui le percage de cette lame de 1960 est de 25 dixieme contre 22 du model 1940. Dans un premier temps, j'ai combler la lame avec un rivet en laiton et repercer a 22. Mais la faible marge de manoeuvre est impossible avec ma perceuse colonne..ou pluto sans un foret industriel d'usinage parfaitement rectiligne. J'ai donc abandonné l'idée et me suis souvenu que Wenger posséde des allésage bien grans parfois pour leur systeme d eblocage de lame. Et je confirme que la simple pression du ressort absorbe completement 3 dixieme de jeu. Le rivet étant toujours en appui dans la lame, il fait se que l'on appel un déplacement excentrique parfaitement indescernable.

3- sur ebay trés recemment...est parti à 100 dollars cet inoxyd:
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]
il est plus petit en taille car 84 mm, fait 2 couches, bon etat géneral...mais il est de 1946-1949 plus recent sans l'ouvreboite vintage.
on peut conclure 100 dollars au bas mot, et je pense 300 possible.

CINETED
Président de FCS

Messages : 2457
Date d'inscription : 09/06/2012
Age : 38
Localisation : Metz

Revenir en haut Aller en bas

Re: LES RESTAURATIONS DE CINETED: n°5, modéle 235 U de 1940

Message par CINETED le Ven 15 Mar - 12:01

Ruth Belser a écrit:

Jean-Claude Figuet nous en a également parlé, de ce mélange solvant/poudre de plastique/colle
Pourrais tu nous expliquer, par exemple sur une côte fendue au niveau d'un rivet comme d'ab ?


Dans un autre post j'expliquerai en détail, disons que j'ai amélioré la technique en disolvant d'abord la poudre et avoir une pâte qui ne se solidifie plus. c'est apres adjonction de cyanoacrilate (il faut un bon feeling pour les doses je l'admet je travail à la seringue 1ml aiguille tres fine) que le composé se solidifie rapidement. Aprés évaporation du solvant et polymerisation, cette fente par exemple aurait disparu prete a étre reytravailler au poncage et polissage. c'est l'application qui est impossible à décrire comme ca.

CINETED
Président de FCS

Messages : 2457
Date d'inscription : 09/06/2012
Age : 38
Localisation : Metz

Revenir en haut Aller en bas

Re: LES RESTAURATIONS DE CINETED: n°5, modéle 235 U de 1940

Message par CINETED le Ven 15 Mar - 12:10

Doomerlin a écrit:

Ma question : le rivet "clef" qui bloque les ressorts et qui se loge dans un perçage de la cote : comment fais-tu pour le mater sans détruire la cote du dessous qui doit supporter les chocs du matage ?
De plus, il n'est maté que d'un coté ?
Ou aie-je raté une étape ?

la procédure fait parti des 70 photos qui reste...
le rivet à une pointe travaillée plus douce pour ne pas percer/fendre le plastique. Un logement à été fait au préalable pour que cette pointe dépasse bien du couteau. le rivet n'a aps été mater dans le couteau. la photo avant matage est celle de ma coupe a la bonne profondeur. Il fut sorti et mater dans mon etau a "décolletage" comme je fait pour préparer tout mes rivets. il a été repositionner en buté avec sa tête. Il ne fixe pas le couteau, il cale juste les ressort glissant a 3 lames. (impossible d'avoir 3 rivets pour 3 lames!! d'ou la problematique des aloxs) il se retrouve en sandwich une fois le couteau finis.

d'origine il est mater des 2 cotés!! je fait comme ca car je voulais absolument premater les rivets de la cote avant par soucis de finition. le matage est la partie la plus stressante du couteau car il est impératif que les têtes mater soient bien ronde et affleurante. Chez vic ils ont parfait et sous vitrine l'oeil fait vite des comparaisons.

CINETED
Président de FCS

Messages : 2457
Date d'inscription : 09/06/2012
Age : 38
Localisation : Metz

Revenir en haut Aller en bas

Re: LES RESTAURATIONS DE CINETED: n°5, modéle 235 U de 1940

Message par CINETED le Ven 15 Mar - 12:15

alexlapomme a écrit:Je peux avancer une hypothèse pour le rivet clé: il n'est maté que d'un coté il ne peut sortir de son logement car les cotes le maintiennent en place.
ps: Cineted tu voulais des questions tu es servi!!!!!

Voila bien joué c'est parfaitement ça!

Et comment que je suis content cheers
Ca represente une semaine horaire de travail! le but est qd même de contribuer au forum et de solliciter des membres, de motiver à se lancer ...De demystifier son couteau quoi, de faire avancer la culture SAK.
Sinon, je fait juste un blog masturbatoire. Et ce n'est pas mon rôle ici.

CINETED
Président de FCS

Messages : 2457
Date d'inscription : 09/06/2012
Age : 38
Localisation : Metz

Revenir en haut Aller en bas

Re: LES RESTAURATIONS DE CINETED: n°5, modéle 235 U de 1940

Message par CINETED le Ven 15 Mar - 12:19

Doomerlin a écrit:
Petit tuyau en passant, le maillechort est toujours utilisé pour le modélisme et disponible en plaques mon cher Teddy : [Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]

Connaissant ton goût pour l'authenticité, tu aura certainement à cœur d'en trouver des plaques de l'épaisseur idéale Wink

Je vais trés souvent dans cette boutique qui à pignon sur rue en plein strasbourg. Et non..à mon dernier passage
aucune plaque de nickel. il faut du 8/10

CINETED
Président de FCS

Messages : 2457
Date d'inscription : 09/06/2012
Age : 38
Localisation : Metz

Revenir en haut Aller en bas

Re: LES RESTAURATIONS DE CINETED: n°5, modéle 235 U de 1940

Message par Doomerlin le Ven 15 Mar - 13:00

ça doit bien exister, et si ça existe, on trouvera ! Wink

_________________
Doomerlin est le Mr Hyde de l'enchanteur... mais avec un SAK !

Doomerlin
Modérateur

Messages : 1274
Date d'inscription : 10/06/2012
Age : 46
Localisation : Taverny

Revenir en haut Aller en bas

Re: LES RESTAURATIONS DE CINETED: n°5, modéle 235 U de 1940

Message par CINETED le Ven 15 Mar - 13:08

Ho tu sais je ne vais pas chercher plus loin que sur un futur couteau tellement abimé...plus de grande lame et cote détruites, dont je recupere les pieces..je vais bien en avoir un qui va passer par la.

CINETED
Président de FCS

Messages : 2457
Date d'inscription : 09/06/2012
Age : 38
Localisation : Metz

Revenir en haut Aller en bas

Re: LES RESTAURATIONS DE CINETED: n°5, modéle 235 U de 1940

Message par Sam le Sam 16 Mar - 10:26

CINETED a écrit:
Et comment que je suis content cheers
Ca represente une semaine horaire de travail! le but est qd même de contribuer au forum et de solliciter des membres, de motiver à se lancer ...De demystifier son couteau quoi, de faire avancer la culture SAK.
Sinon, je fait juste un blog masturbatoire. Et ce n'est pas mon rôle ici.
Je trouve super que des gens, comme toi Cineted, arrivent à un tel niveau de perfection. On a vraiment l'impression que rien ne vous arrête et que vous pouvez déplacer des montagnes.

Pour ma part, je n'envisage pas de me lancer dans ce genre de travaux: je suis trop vieux et il y a tellement à apprendre Very Happy. En plus il faut un outillage digne des professionnels, sinon j'imagine qu'il te faudrait le triple des heures de travail?! 40 heures pour fournir ce résultat, je trouve cela exceptionnel.

Alors, continue à faire rêver des gens comme moi avec des pièces magnifiques. cheers

Bonne continuation Wink

Sam

Messages : 312
Date d'inscription : 21/06/2012

Revenir en haut Aller en bas

Re: LES RESTAURATIONS DE CINETED: n°5, modéle 235 U de 1940

Message par execut le Mar 14 Mai - 21:01

Moi aussi, je suis sidéré par ton travail. Alors là, il en faut de la passion !Quand je verrai une épave à l'avenir , je la regarderai autrement.
Est-ce en raison du prix que tu ne demande pas à un graveur de te fabriquer des platines en laiton. Tu lui fournis le fichier PDf avec les cotes et les emplacements et diamètres des perçages. Même pour une dizaine de pièces c'est jouable (je l'ai déjà fait dans un autre domaine de la collection chez un graveur de Thionville)Et puis comme ça tu pourras dormir la nuit !!

_________________
EXECUT

execut
Modérateur

Messages : 1183
Date d'inscription : 28/04/2013
Age : 61
Localisation : Lorraine

Revenir en haut Aller en bas

Re: LES RESTAURATIONS DE CINETED: n°5, modéle 235 U de 1940

Message par CINETED le Jeu 6 Juin - 21:41

Salut execut.

En effet ton idée est valable mais elle ne peux pas etre aussi simple evidemment.
En dehors du cout certainement et du travail des fichiers impeccable de justesse, les platines ne sont jamais identiques d'un millesime à l'autre. De plus dans un couteau elles varient de profil en fonction de l'outil qu'elles encadrent.
il y une grande difference entre la platine de devant de 1940 et ses 3 découpes pour le poincon/ouvreboite/decapsuleur, et celle de 1961 sans aucune découpe. (même le percage des rivets change)

Par consequent, seul une platine de base serait intelligente a faire en masse pour ensuite la travailler selon le millesime et sa place dans le couteau.

Donc....mieux vaut la tailler directement sur mesure au coup par coup.

a moins que pour pas cher, on veuille bien me tailler les 43 types de platines dans tout les alliages...pas faisable je pense...

CINETED
Président de FCS

Messages : 2457
Date d'inscription : 09/06/2012
Age : 38
Localisation : Metz

Revenir en haut Aller en bas

Re: LES RESTAURATIONS DE CINETED: n°5, modéle 235 U de 1940

Message par execut le Ven 7 Juin - 13:24

Salut Cineted,
Vu comme ça, ta réponse me parait pleine de bon sens.
Une autre idée. Serait-il intéressant de disposer de gabarits en vinyle adhésif, que l'on pourrait coller sur un plaque de métal pour une découpe et des perçages au plus près. Dans le cas, par exemple, d'une platine d'origine en mauvais état et dont on ne pourrait plus se servir pour tracer les contours.

_________________
EXECUT

execut
Modérateur

Messages : 1183
Date d'inscription : 28/04/2013
Age : 61
Localisation : Lorraine

Revenir en haut Aller en bas

Re: LES RESTAURATIONS DE CINETED: n°5, modéle 235 U de 1940

Message par Contenu sponsorisé Aujourd'hui à 1:33


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Page 1 sur 2 1, 2  Suivant

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum